France vs Allemagne, la lâcheté des nôtres

7211403786461

Au fond, le footix est né bien avant le 12 Juillet 1998: entre les poteaux carrés de Glasgow et Séville 1982 sans oublier la fameuse main de Vata, le supporter français de football a grandi dans la victimisation. Ne retenir que le négatif au lieu de regarder la vérité en face, voilà la caractéristique du fan français de base.
Le football a une histoire, et ce serait une bonne chose de s’y intéresser avant de venir jouer les souffre-douleurs.
Car entre nous, quand on mène 3-1 en demi-finale de Coupe du monde à 22 minutes de la fin des prolongations et qu’on se fait reprendre en 600 secondes, est-ce qu’on mérite vraiment d’aller en finale? Le tout en ayant bénéficié aussi d’un coup de pouce de l’arbitre… Oui, oui !!!! Ce fameux Charles Corver (vous savez, celui qui n’expulsa pas l’horrible Harald Schumacher) annula un but parfaitement valable à Klaus Fisher pour un hors-jeu absolument imaginaire, juste après le but d’Alain Giresse.
Vous en avez pas entendu parler? Normal, vous êtes dans la France du football.

Vous savez, ce pays avec ces journalistes qui ne se réfugient derrière les erreurs d’arbitrages seulement lorsque ça les arrange.
Vous voulez quelques exemples? Pas de soucis messieurs dames:
– Saint Étienne/Bayern Munich, finale de C1 1976. Les fameux poteaux carrés.
Bizarrement, pas un mot sur le but refusé à Gerd Müller en tout début de match alors que der Bomber était parfaitement aligné avant de tromper Curkovic. Ah si Revelli ou Rocheteau avait été dans la même situation…
– France/Brésil, 1/4F de la Coupe du monde 1986.
A la fin de la deuxième prolongation, Bruno Bellone part seul au but pour le 2-1 quand Carlos (le gardien brésilien) l’agrippe volontairement. En dehors de la surface s’il vous plait. L’arbitre (qui se fait pourrir par Platini) ne bronche pas, pour ce qui ressemble quand même à un petit remake de Séville 1982 (un carton rouge aurait obligé le Brésil à disputer la séance de tirs aux buts sans gardien).

Bizarrement, ce fait de jeu a fait beaucoup moins de bruit que la sortie de Schumacher… peut-être parce qu’en face c’est le Brésil et non la RFA, sûrement parce que la France a gagné.
– Danemark/RFA, finale de l’Euro 1992.
Étonnamment, quand Kim Vilfort contrôle le ballon de la main pour inscrire le 2-0, Jean-Michel Larqué explique simplement que l’arbitre « ne l’a pas vu »: comme la main de Vata, c’est ça Jean-Mimi?
Non visiblement, puisque Capitaine Claqué avait à l’époque remercié de façon ironique Mr Van Langenhove avant de dire « quel scandale !!!! Un but de la main, dont on va en parler longtemps ». Effectivement, vous en avez parler longtemps. Un peu trop longtemps même.
Réaction savoureuse à mettre en parallèle avec les cris de joie de Guy Roux sur le but danois deux ans plus tard.
Sur l’action en question, le chauvin auxerrois n’oubliera pas de préciser « aucune protestation allemande » histoire de se donner bonne conscience: ça s’appelle la culture foot, rageux !!!
Un bonheur qui n’est pas s’en rappeler celui du tandem Roland-Larqué lors des Bulgarie/Allemagne de 1994 et de Brésil/Allemagne 2002… deux défaites teutonnes.
L’ensemble de la corporation journalistique française a bien bourré le crâne à son public, un vrai travail où malhonnêteté et manque d’objectivité se rejoignent avec plaisir.

Autant de faits qui démontrent une germanophobie footballistique plus que prononcée et qu’on devrait ne pas tarder à revoir dans les heures à venir.
En France, on a le don de raconter l’histoire à sa façon, à savoir sans tout raconter et en essayant de mettre le costume du grand méchant sur les larges épaules de son cousin germanique.
Le dernier exemple en date est délicieux avec le huitième de finale entre l’Allemagne et l’Algérie, cette fameuse « revanche de 1982 ».
Ah les Algériens… Ces fameux volés, qui ont passé près de 30 ans à crier au scandale après le match de la honte, tout en oubliant d’évoquer leur propre suffisance lors du dernier match de poule contre le Chili avec le relâchement à 3-0. Des pleureuses XXL qui ne se sont pas gênés pour faire une « RFA-Autriche » avec les Angolais lors de la CAN 2010 afin de mettre le Mali à la porte. Oui mais voilà, le Mali ce n’est pas l’Algérie et l’Angola n’a jamais battu la France en demi-finale de Coupe du monde alors on met ça au placard.

Il serait vraiment regrettable que la Nationalmannschaft gagne une fois de plus grâce à une « injustice ». L’équipe de France mérite tellement de venger les anciens, elle s’en est d’ailleurs donnée les moyens. Coup de coudes dans la tronche d’un Suisse et d’un Équatorien, semelles sur un Hondurien et un Nigérian: ça passe comme une lettre à la poste dans l’Hexagone. Et voilà la clique à Deschamps en quart de finale de Coupe du monde avec comme leitmotiv de laver un affront vieux de trois décennies.
Après avoir brisé le rêve de la merveilleuse Hongrie de 1954 et celui de la Hollande de Cruyff en 1974, l’Allemagne ferait bien de perdre contre les Bleus histoire de n’être plus le grand méchant du ballon rond.
Ou pas, car on est pas à l’abri d’un énième remix sur Séville 1982.

JB

Publicités

2 commentaires on “France vs Allemagne, la lâcheté des nôtres”

  1. lo2122 dit :

    Je voulais juste savoir ta nationalité, ton âge, et si tu as déjà pratiqué le football ?…si celà ne te dérange pas merci


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s