NBA 2013-14: Pacific Division

Sacramento Kings v Golden State WarriorsCall Of Curry 2

Golden State Warriors
Dans le sport de haut niveau, le plus difficile n’est pas de s’affirmer mais de confirmer. Et les Warriors se sont donnés les moyens d’affronter cette problématique: Andre Iguodala est la recrue de choix pour passer un cap. Harrison Barnes a annoncé qu’il était prêt à commencer en sixième homme, Klay Thompson lui a emboité le pas même si il devrait conserver sa place dans le cinq de départ. Andrew Bogut et David Lee sont opérationnels alors que de son côté Stephen Curry a passé son premier été sans pépins physiques: quand on sait ce qu’il a réussit l’an dernier… Tout baigne donc dans la baie d’Oakland, surtout que les arrivées Marreese Speights, Toney Douglas et le vieux Jermaine O’neal sont une plus-value intéressante.

Los Angeles Clippers
En l’espace de deux ans, Lob City est devenu Flop City. Un sweep en 2012, dehors au 1er tour en 2013, ce qui fait sacrément désordre pour une équipe censée prendre le pouvoir. Certes le showtime est présent avec des alley-oop à la pelle qui squattent les Top 10 mais il faut surtout être performant en playoffs (allo Blake Griffin?). L’arrivée de Doc Rivers sur le banc des angelinos est un choix d’expérience, ce qui manquait cruellement à cette équipe. Mieux, ils ont réussit à renforcer leur rotation en attirant JJ Redick, Jared Dudley et Darren Collinson. Une fois de plus, les Clippers sont armés pour le titre, et une fois de plus…

Los Angeles Lakers
L’an passé à la même époque, tout le monde se pourléchait les babines à l’idée de voir évoluer l’un des plus beaux starting-five de l’histoire. Mais à cause des blessures et d’un coaching de merde, les Lakers n’ont jamais trouvé la bonne cadence. Pire, Kobe s’est rompu le tendon d’Achille et ratera le début de saison. La qualification en playoffs dépendra de la qualité de son retour ainsi que du basket de Pau Gasol: traité comme un moins que rien l’an passé par l’ensemble de la franchise, l’Espagnol a une revanche à prendre et des gueules à fermer. Steve Nash devrait s’en servir et profiter de la densité athlétique qui règnera autour de lui (Wesley Johnson en tête). Pour peu que Chris Kaman redevienne le joueur qu’il était en 2010 et que Nick Young soit en mode Wizards, ça pourrait le faire. Sans ça, bye bye les playoffs pour la première fois depuis 2005.

Phoenix Suns

« Si les Suns ne terminent pas 4ème ou 5ème de la conférence Ouest, je n’ai plus rien à faire là » Clyde Drexler aurait mieux fait de se taire en septembre 2012… Et vraiment pas sûr que l’ancien Dream Teamer retente sa chance en 2013. Car même si l’arrivée du dynamique Eric Bledsoe est une excellente nouvelle, on peut craindre de le voir se marcher sur les pieds avec Goran Dragic. En dessous, Marcin Gortat fera le boulot tout seul à moins qu’Alex Len justifie sa cinquième place dans le draft. Jeff Hornacek veut mettre de la vitesse, il devrait au moins avoir des dunks avec Gerald Green et Shannon Brown mais une chose est sûre, le remake d’Arizona Dream ne sortira pas cette année.

Sacramento Kings

60M pour DeMarcus Cousins, arrivée du trio Vasquez – Landry – Mbah a Moute, draft de Ben McLemore, Michael Malone en nouveau coach et Shaq en actionnaire minoritaire: un été très mouvementé pour une franchise qui était amenée à disparaitre il y a encore quelques mois. Cousins a indiscutablement le potentiel All Star, reste à savoir si il en a envie et si il est capable de supporter la pression avec ses tilts permanents. A suivre également l’évolution d’Isaiah Thomas et le retour ou non au premier plan du remuant Marcus Thornton. Il y a de la jeunesse à Sacto, dont l’énigme Jimmer Fredette.

JB

Publicités

4 commentaires on “NBA 2013-14: Pacific Division”

  1. Demarcus Cousins, c’est le nouveau Derrick Coleman, à prendre avec des pincettes. Beaucoup de talent, mais une vraie tête de lard. Il fallait que ça bouge à Sacto, j’espère vraiment les voir sortir de la mouise. Phoenix, ça va tanker à mort. Les Clippers, Rivers a un challenge de taille, faire d’eux des prétendants au titre et faire de DeAndre Jordan, un joueur de basket, je me demande ce qui est le plus difficile…

    Les Lakers, bah…. D’Antoni parle de défense, cherchez l’erreur. Nick Young, c’est des points, mais c’est surtout un gros croqueur et un joueur unidimensionnel. Kaman, faut éviter les blessures, que Gasol soit la pierre angulaire, que Nash se repose au maximum et que Kobe revienne bien, ça fait beaucoup de choses pour une équipe qui va devoir faire avec une concurrence de plus en plus forte, les Pelicans, Mavs, Blazers, Nuggets ou Wolves…

    Les Warriors sans pépins, surtout les habitués de l’infirmerie que sont Curry et Bogut, ça peut viser le top 3. C’est la seule équipe à l’ouest l’an dernier qui ont emmerdé les Spurs.

    • coup2sport dit :

      J’ai une règle quand je parle des Clippers: quand on tape sur DeAndre Jordan, je ne peux que valider.
      Faut pas se mentir, les Clippers ont potentiellement le top 3 de l’Ouest. Ils y seront peut-être, voir surement mais en playoffs je n’y crois pas.
      A l’heure actuelle, il n’y a que Paul qui peut faire mal en postseason.Jamal Crawford en sortie de banc en playoffs, c’est franchement du suicide. Like JR Smith.

      • Ouais, ils sont pourtant enthousiastes, alors que ce n’est que la présaison. Jordan tourne à 8,6 rebs et 5 blks en moins de 25 minutes, de beaux chiffres, mais est-ce l’arbre qui cache la forêt ou une vraie implication? Il a un gros potentiel, un corps costaud et ultra athlétique, à lui de s’en servir, on sait qu’il ne sera jamais un attaquant doué, mais il a clairement les moyens de devenir un Tyson Chandler, frustre et bon défenseur. Il y a lui et bien sûr, Griffin. Tous les yeux vont être tournés dessus, simple machine à highlights ou enfin un décollage pour épauler CP3?

      • coup2sport dit :

        Perso depuis que j’ai vu Bo Outlaw mettre 29pts dans un match de pré-saison je me méfie de cette partie de la saison.
        Rivers peut lui être utile, car comme avec Kendrick Perkins il peut lui définir son rôle, le cantonner dans un seul job et basta.
        Pour Griffin, année charnière pour lui car les critiques pourraient vite lui retomber dessus: l’an passé il y a échapper car il s’est blessé à la fin du 1er tour, mais bon auparavant c’était quand même stable comme basket.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s