Les récompenses des championnats du monde de natation 2013

Missy-Franklin-Swimming-485x728Même à la nage indienne, elle gagnerait. 

Les championnats du monde de natation de Barcelone ont pris fin sur deux superbes relais 4x100m 4 nages marqués par la disqualification des américains, symbole d’une semaine aquatique aussi dense que passionnante. C’est l’heure des récompenses.

Oscar de la Michael Phelps féminine: Missy Franklin
Six médailles d’or, nouveau record pour une femme dans une édition des championnats du monde. Missy régale, prend du plaisir et le partage avec ses copines du relais. A 18ans, l’Américaine est déjà la meilleure nageuse du monde. Intouchable en dos, il lui reste pourtant un défi de taille que le Kid de Baltimore n’a jamais su relever lors de son immense carrière, celui de s’imposer sur le 100m nage libre. Au pied du podium sur la distance reine, elle a pris cette quatrième place sans déception et en mode apprentissage. Le mal de tête de ses concurrentes ne fait donc que commencer.

Oscar de la nageuse la plus intelligente: Katie Ledecky
400m-800m-1 500m-relais 4x200m, quatre épreuves remportées avec sa technique et sa tête. A chaque fois, l’Américaine respecte son plan de course pour aller chercher l’or: sur 800m et 1 500m, elle laisse volontairement partir Lotte Friis pour mieux la déposer dans les trois dernières longueurs en se mettant à l’extérieur de sa ligne afin d’empêcher la Danoise de prendre sa vague. En prime, elle s’offre deux records du monde sur ces distances.
Celle qui avait éblouit les J.O de Londres lors du 800m en battant la favorite de tout un peuple, Rebecca Adlington, commence à se construire un très sérieux palmarès à tout juste … 16ans !!!
Il y a du Janet Evans dans cette adolescente du Maryland.

Oscar du palmarès qui grossit d’années en années: Ryan Lochte
Pour entrer au Hall Of Fame, dois-je encore gagner une médaille d’or? … Ou deux? … Ou trois?

César du meilleur nageur français: Yannick Agnel
A son arrivée en Espagne, le gentil géant a dû être immédiatement confronté à la polémique suite au propos de Fabrice Pellerin. Tout à son image, il a laissé couler et s’est concentré sur le boulot. Une médaille d’or en relais 4x100m (malgré une course moyenne) pour calmer les esprits, un titre sur 200m pour mettre fin à toute discussion. Pour finir, il a su répondre avec philosophie et recul sur les relations avec son ex-entraineur. La grande classe dont certains sportifs français devraient s’inspirer.

César du revanchard: Camille Lacourt
Deux titres pour effacer la déception londonienne. Le natif de Narbonne n’a pas fait dans la dentelle et est de retour à son meilleur niveau, celui qui l’avait vu devenir une star en 2010 puis 2011. Maintenant, il s’agirait de ne pas retomber dans les travers de la médiatisation.

César du plus médaillé: Jérémy Stravius
Mine de rien, le Picard a fait mieux qu’à Shanghai où il avait ramené trois médailles: cette année, ça donne 2 or, 1 argent, 1 bronze pour récompenser une semaine pleine. Nageur plus en retrait par rapport à ses copains, il reste le plus polyvalent de tous et sa mentalité est un gros plus pour la sélection bleu-blanc-rouge. Efficace et discret, on valide.

César du plus gros flop: Florent Manaudou
Sur 50m, il était l’immense favori. Ne pas remporter cette course qui se joue à rien, ça arrive. Ne pas monter sur le podium, passe encore. Venir dire aux journalistes après la finale,  » ce soir je finis 5ème mais je pense que sur l’ensemble de la compétition, mes concurrents savent que j’suis peut-être le meilleur, ils savent que je n’ai pas fait une bonne course; et j’espère que je leur ai fais peur en séries et en demi, malheureusement je fais cinquième en finale donc c’est un peu décevant mais il y a de belles choses à tirer de cette compèt «  c’était franchement pas obligé. Un peu moins le boulard, un peu plus de remise en question, du travail et tout devrait rentrer dans l’ordre.
note —> programme qui vaut également pour Camille Muffat.

Goya de la meilleure compatriote: Mireia Belmonte
Avec ses trois breloques (deux en argent, une en bronze), elle représente 75% des médailles glanées par le pays hôte. Propre.

Prix du remake Ali vs Frazier: Yuliya Yefimova vs Ruta Meilutyte
L’affrontement entre les deux brasseuses fut grand, très grand: le 100m pour la Lituanienne devant Yefimova… qui se refait en prenant l’or sur 200m. L’explication finale a eu lieu sur le 50m: en série, la Russe s’empare du record du monde de Jessica Hardy avant que Meilutyte ne le batte de 30 centièmes en demi-finale (29″48) !!!! Malheureusement pour la prodige de Kaunas, Yefimova réussit un meilleur finish dans l’ultime course afin de remporter son deuxième titre de la semaine.

Prix du meilleur revenant: César Cielo
L’affaire de dopage en 2011 avait sacrément égratigné le roi du sprint. A Londres, le Brésilien dans la tourmente avait déçu. Cette semaine, il est arrivé sans faire de vague et le résultat est là: champion sur 50m papillon, champion sur 50m libre. Une joie immense après son troisième titre consécutif sur le 50 libre (record). Il devient le sprinteur le plus titré aux Mondiaux devant un certain Alexander Popov.

Prix du pays apaisé: Australie
Bien sûr on est très loin de la razzia du début des années 2000 mais les Aussies respirent de nouveau. Certains sacres ont plus valeur que d’autres et ceux du 100m nage libre restent particulier. James Magnussen et Cate Campbell ont ramené le titre à Oz, histoire d’effacer l’immense déconvenue des J.O. Ajoutez-y le combo or-argent de Christian Sprenger sur le 100m-50m brasse et vous obtenez un bilan correct.

Prix du meilleur sur demi-fond: Sun Yang
Une nouvelle fois, le Chinois a écrasé le demi-fond de la natation mondiale. 400m, 800m et 1 500m pour lui, tout en maitrise et en classe. Un triplé que seul le monument Grant Hackett a réalisé en 2005, c’est dire la performance. Le prochain objectif est connu de tous: le 200m avec Yannick Agnel et les autres en ligne de mire. Autant dire que le plaisir risque de durer longtemps, très longtemps.
Ah oui pour information, Sun Yang a nagé (beaucoup) plus vite que n’importe qui lors du relais 4x200m: à bon entendeur, salut.

Prix du nom qui nous fait chier: Kromowidjojo
Au scrabble, on en rêve. A la natation, on se contente de Ranomi. La Hollandaise ne nous facilite pas la tâche en étant présente à chaque fois sur le sprint: bronzée sur 100m, elle se refait la cerise sur 50m grâce à un départ tonitruant.

Prix du  » le 4 nages, c’est tout sauf mon problème « : Katinka Hosszu
Deux titres sur le 200m et le 400m pour la Hongroise. Elle s’inscrit dans la lignée de Laszlo Cseh, les médailles d’or mondiale et les cheveux en plus.

Prix de Mr Butterfly: Chad le Clos
A Londres, Michael Phelps avait empêché le doublé 100m-200m papillon de voir le jour. « The Baltimore Bullet » parti à la retraite, le Sud-Africain réussit facilement son pari. Le débat est Clos.

Prix du plus gros psycho de la semaine: Vladimir Morozov
Le premier 50 du Russe lors de la finale du 100m nage libre restera l’une des images forte de ces championnats du monde. Sans réfléchir, Morozov part à toute berzingue et claque un monstrueux 21″94 avant de s’écrouler naturellement dans la deuxième partie de course. Image irréelle à ce niveau qui a effaré tous les puristes et les spectateurs: rien que pour ça, sa médaille d’argent sur 50m n’est que justice. ON T’AIME Vladimir !!!

Prix Raymond Poulidor: Alicia Coutts
Cinq médailles d’argent. L’Australienne a tout essayé (papillon, 4 nages, relais), en vain. En finale du 4x100m, elle est la dernière relayeuse et part avec 0.72s d’avance sur Megan Romano. Un aller-retour plus tard, elle affiche un retard de 0.12s sur l’Américaine et s’écroule en larme: quand ça veut pas ça veut pas.

Prix du sexe fort: les femmes
Six records du monde à zéro, de quoi faire chier les machos. C’était plus simple avec les combinaisons, hein les mecs

JB.

Publicités

2 commentaires on “Les récompenses des championnats du monde de natation 2013”

  1. merensone dit :

    Yes, bravo pour les prix et les césars…..
    Perso en 1er c’est le Prix Raymond Poulidor: Alicia Coutt qui me plait, il fallait oser, grande nation de très beaux nageurs et nageuses quand même.
    En second le Prix du plus gros psycho de la semaine: Vladimir Morozov, rarement vu un nageur s’écrouler sur la dernière longueur, je suis persuadé qu’il en rêve toutes les nuits….. quelques images doivent lui revenir, incroyable, mais quel talent au début de cette course.
    Enfin en troisième le César du plus gros flop: Florent Manaudou,
    Rien à ajouter sur mon premier commentaire, un peu de remise en question Florent, un peu moins d’ironie pour les adversaires et tu seras un grand, mais je pense que cette course te laisseras des traces (négatives) je suis persuadé que tu ne referas jamais d’ interviews de ce genre, ou alors tu es un …………….


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s