Une EDF qui manque de gaz

didier-deschamps-est-le-nouveau-patron-des-bleus-et-il-l-a-bien-fait-sentir-hier-a-ses-joueurs-photo-afp » non au contraire, je dirais qu’il vaut mieux en rire « 

Uruguay 1-0 France. Brésil 3-0 France. Deux défaites dans des matchs amicaux aussi inutiles que sans valeur. Des résultats qui ont réveillé la peur de rater le prochain Mondial qui débutera dans un an. Aller à la Coupe du Monde au Brésil, d’accord, mais pour y faire quoi? Les épopées de l’EDF 1958, 1982-86 et bien évidemment celle de la clique de Zidane ont réellement marqué cette compétition. Or y aller pour s’afficher ne semble pas être la solution pour redorer une image qui est déjà bien négative. Quand des sélections comme le Togo, la Grèce ou l’Équateur se qualifient, elles ont déjà réussi leur mission, le reste n’étant que du bonus. De par son histoire la France elle, se doit d’être compétitive, de faire bonne figure en produisant quelque chose. Mais aujourd’hui, force est de constater qu’on est loin du compte.

La cassure avec le public est réelle. Knysna n’est toujours pas digéré, tout comme l’Euro 2012. En effet Laurent Blanc a lamentablement échoué dans le redressement médiatique des Bleus: costard-touillette avait promis de la discipline, on a vu qu’il fut bien vite à la ramasse. Dès lors l’exigence du résultat a laissé place aux besoins de bonne conduite. Tout est analysé: de la Marseillaise chantée ou non, de la petite phrase balancée ou pas; les joueurs français sont plus surveillés qu’un étranger à Levallois-Perret.
Le comportement rien que le comportement, c’est ce qui prime, à défaut de s’intéresser au jeu. Et certains donnent le bâton pour se faire battre: qui a oublié les sourires de Karim Benzema au coup de sifflet final du quart contre l’Espagne? Tiens KB9, parlons-en. Symbole du joueur à problème, son attitude est criante de vérité: en effet, à côté de lui Nicolas Anelka passerait limite pour un joueur qui se défonce. Un j’menfoutisme XXL qu’il dissimule à base de mythos et autres disquettes pendant les interviews, où quand Benzebut devient Benzeflutte.
Mieux encore, d’autres prennent les fans pour au mieux des amnésiques, au pire des cons. Le meilleur exemple reste évidemment Franck Ribéry qui nous rappelle à chaque interview combien il est attaché à l’EDF: Francky la grammaire, pense réellement qu’on a oublié son combo short-claquette-gorge sèche à Téléfoot? Ouais ouais.
 
Dédé la soudure
Alors Didier Deschamps bricole, avec ce qu’il a sous la main, et force est de constater qu’il a encore quelques lacunes en tant qu’architecte. Un an de boulot pour zéro avancée, le Dr Dre du football: EDF-Detox même combat, et ça sent la déception à plein nez. A moins de six mois d’un probable barrage, à un an du voyage éventuel au Brésil; DD n’a trouvé que trois titulaires: Lloris, Ribéry et Valbuena. L’un indiscutable depuis toujours, l’autre présent grâce à son talent plus que ses performances sous le maillot bleu et le dernier incontournable par sa débauche d’énergie. Et oui car la pauvreté qui règne en EDF fait qu’on en est rendu à se féliciter d’un joueur qui mouille le maillot… c’est dire.
Le reste, du bordel, encore et toujours du bordel. Des choix par défaut (comme Benzema) ou par conviction (Matuidi) qui en manque cruellement. A cette heure-ci, toujours pas de charnière centrale fixe. Les latéraux, c’est un peu Didier qui joue à l’épervier: on appelle tout le monde pour les faire courir en attendant qu’il en reste plus qu’un. Au milieu, c’est un peu le sélectionneur à Ikea: il part pour acheter deux choix, il arrive à la caisse avec six articles. Mais plus grave que tout, c’est le jeu en lui-même. Non seulement Deschamps n’a pas d’équipe type, mais en plus il n’a pas de fond de jeu. Même plus la peine de regarder les matchs tellement ils ne veulent rien dire. « La Desch » a obtenu un sursis après son nul en Espagne. En effet, cela lui a donné beaucoup de crédit alors qu’avec un peu de recul, on aurait dû se dire que sans un Lloris des grands soirs, le match était plié à la mi-temps. Un point ramené du pays des champions du monde et roulez jeunesse. Oui sauf qu’après, l’Allemagne a trimballé la France à Saint-Denis et le trio Özil-Gundogan-Müller a rappelé aux français qu’il y a avait juste un monde d’écart entre les deux sélections. Pour s’assurer que chacune comprenne bien la supercherie, la Roja s’est pointée quelques semaines plus tard pour contrôler un match important. Summum de la bêtise, certains joueurs y ont vu du positif.
benzema-est-il-toujoursi-indiscutable
Il était une fois un arbitre qui s’apprêtait à siffler six mètres

La pire nouvelle qu’il puisse arriver à cette équipe de France serait de se qualifier directement pour le Mondial. Après tout, l’Espagne n’est plus aussi dominatrice qu’il y a 4ans et un mauvais soir est toujours possible. Un nul dans les derniers matchs de qualifications et hop la France peut reprendre la tête du groupe et obtenir son billet direct pour l’Amérique du Sud. Dès lors, ça sera fiesta, on vantera les mérites du coach et sa bonne étoile; mais au fond, rien ne changera. L’EDF obtiendrait alors une qualification trompe-l’œil alors qu’avec une bonne baffe…

Pour beaucoup, il est inconcevable de rater un évènement aussi prestigieux qu’une Coupe du Monde. Or l’histoire nous démontre parfois que rater une grosse échéance peut parfois être un mal pour un bien. La France elle-même devrait s’en souvenir, elle qui a manqué la World Cup 1994 dans des conditions irréelles avant d’être sacrée championne du monde quatre ans après. La Hollande n’est pas allée disputer la Coupe du Monde asiatique en 2002: résultat, grand ménage puis demi-finale à l’Euro deux ans plus tard. Des Oranges qui n’étaient pas non plus du voyage mexicain en 1986 avant d’enthousiasmer le monde entier lors de l’Euro 1988. L’Angleterre aussi a raté le rêve américain, mais cela ne l’a pas empêchée de disputer un bel Euro 1996 à domicile (demi-finale, éliminée aux tirs au but par le futur champion d’Europe allemand).
La comparaison avec les Trois Lions vaut le coup car d’ici deux ans, la France accueillera SON Euro. Un évènement majeur qu’il ne faut en aucun cas rater. Sans même parler de victoire finale qui semble aujourd’hui malheureusement utopique, un joli parcours de l’Équipe de France la réconcilierait avec une bonne partie du public. Il faudrait pour cela se débarrasser de certains joueurs jugés comme « cadres » afin de créer quelque chose. En terme de talent, on est loin d’avoir l’esquisse d’un Van Basten ou d’un Koeman mais avec du sérieux, la naissance d’un projet de jeu, de vraies idées reconstruction (comme ne plus appeler les imposteurs genre Samir Nasri ou Jérémy Ménez) il y aurait au moins possibilité de redonner le sourire et du plaisir aux supporters.
L’essentiel dans le sport de haut niveau est de penser long terme. Le cas de la Belgique devrait servir d’exemple; à moins que l’on retente l’expérience à la française comme en 2008… en 2010… en 2012.
 
 
JB.
Publicités

4 commentaires on “Une EDF qui manque de gaz”

  1. Anonyme dit :

    J’adore ! Vraiment bien écrit et hyper documenté, comme toujours 🙂
    Ps : moi aussi je suis fan du sourire de Deschamps, une icône !

    SPL

  2. Jean-Michel dit :

    Très belle analyse.
    Rien à ajouter sur « Francky la grammaire » celle là va faire le tour du web.
    ou j’adore
    « quand Benzebut devient Benzeflutte »
    JMB


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s