Bon courage Pep

533944-pep-guardiola » ah ba j’suis pas dans la merde maintenant  »

Le 16 janvier dernier quand Pep Guardiola signe un contrat de 3ans pour le Bayern de Munich, tout le monde pense qu’il fait une affaire en or.
En effet, il hérite d’un effectif rempli de candidats au Ballon d’Or qui se connaissent déjà. De plus, le club allemand est plus que sain financièrement ce qui en vue de la mise en place du fair-play financier est idéal. Et pour couronner le tout, il obtient un salaire mirobolant.
Mais près de cinq mois plus tard, le conte de fée a pris fin. Lui qui avait choisit la sécurité du Bayern plutôt que la difficulté de M.City se retrouve avec une équipe qui vient de réaliser un doublé Bundesliga-LDC absolument magique. Auquel il faudra surement ajouter une Pokal d’ici une semaine.
Records battu en pagaille, démonstration chaque weekend et spectacle offert au public; la troupe d’Heynckes n’a pas fait dans la dentelle.
Dès lors, les comparaisons avec son prédécesseur seront inévitables pour le Roi de Catalogne.

Guardiola va devoir imposer son style, mettre sa pâte sur une équipe déjà au sommet. Deux solutions se présentent à lui : soit ajuster, soit tout chambouler.
Les retouches, le catalan connait ça : lors de son règne en Espagne, il y a eu du bon (Villa, Mascherano), du décevant (Ibra) et des bavures (Chygrynskyi, Affelay).
Tout chambouler, c’est autre chose.
Le Bayern a un style de jeu, propre à lui. Guardiola a sa philosophie, issu de la culture Barca. Mais les gabarits des joueurs allemands sont bien différents, alors que va-t-il se passer? Osera-t-il mettre en place son fameux Tiki-Taka? Son 4-3-3? Entre d’autres termes, va-t-il prendre la décision de casser cette machine parfaitement huilée qu’est le Bayern 2012-13?
Car plus que les résultats du Bayern, c’est le jeu pratiqué par les hommes de Jupp Heynckes qui a impressionné. Pour la première fois depuis longtemps, une formation ultra-offensive a dominé son sujet de bout en bout afin de tout rafler. Oui le Barca de ces dernières années a claqué but sur but mais sans attaquer à toute berzingue : les blaugranas étaient dans le contrôle et la patience, le Bayern lui est dans l’attaque permanente et la folie.
Droite, gauche, centre; peu importe : les munichois n’ont pas d’idéologie, à part celle extrême de faire trembler les filets.
Leur tactique repose bien évidemment sur des joueurs de talents, techniques et rapides. Mais aussi sur un ensemble de combinaisons et de décalages qui ont été maintes et maintes fois travaillés. Une cohésion quasi parfaite qui a dompté avec perfection le champion d’Italie avant d’égratigné comme personne la meilleure équipe de la décennie; tout en atomisant un par un l’ensemble des clubs de Bundesliga.
Le Bayern s’éclate, nous éclate et on se demande bien pourquoi Guardiola prendrait le risque de mettre fin à ce bonheur permanent … Par challenge?

Une autre Dream Team

Si c’est ce que recherche l’espagnol, il va être servi.
Son premier défi sera de gérer l’effectif, et ça ne s’annonce pas simple.
La bonne nouvelle c’est qu’Arjen Robben devrait partir, ce qui devrait diminuer de 90% l’égo du vestiaire bavarois. La « mauvaise » c’est que Mario Götze débarque. Évidemment d’un point de vue sportif, c’est un très gros plus et Pep a eu la pépite qu’il voulait. Cependant, le petit génie allemand ne vient pas en Bavière pour faire banquette : reconnaissez qu’à 37M le transfert, ça ferait chèr le remplaçant. Et voilà donc le premier casse-tête de Guardiola qui se profile, car il va falloir faire une place pour son chouchou. Le diamant de Dortmund d’accord, mais à la place de qui?
Thomas Müller? Impossible. Sa saison a été gigantesque à tout point de vue, ses prises d’intervalles sont plus qu’intéressantes et son QI football rhabille à lui seul celui de Schalke.
Toni Kroos? Pas simple. Avant sa blessure, il fut l’un des meilleurs bavarois de la saison. Régulier à souhait, il impressionne par sa qualité de gestion et peut débloquer la situation d’une mine. Au fur et à mesure, il retrouvera sa place de titulaire logiquement.
Franck Ribéry? Difficile, voir très difficile. Le Ch’ti apporte une percussion non négligeable, de la capacité d’éliminations et des changements de rythme qui font très mal. En pleine forme et dans un grand jour, il est indéboulonnable.
Pour augmenter les doses d’aspirine de Guardiola, Xherdan Shaquiri. Méconnu du grand public, il a profité de la saison en roue libre du Bayern pour se montrer. Et ça n’a pas raté: vitesse affolante, énergie permanente; le ptit suisse a du goût et il ne restera pas un exercice de plus au frigo. Sa polyvalence offre beaucoup de possibilités.

Tout ça pour dire qu’il y aura donc des mécontents et on a vu avec les cas Eto’o, Ibra ainsi que les tensions Villa-Messi que la gestion d’égo n’était le fort de Pep.
L’espagnol pourrait également changer son système de jeu, comme il l’avait tenté avec son 3-5-2 l’an passé.
Pas simple cependant : Philipp Lahm et David Alaba ont de telles qualités offensives qu’il serait difficile de s’en passer ne serait-ce qu’un peu. Et Dante ou Boateng en solo, ça peut vite finir en bêtisier. Sans oublier qu’Holger Badstuber va lui revenir aux affaires.
Au milieu, Bastian aime avoir un collègue proche de lui afin de prendre des libertés : en sélection comme en club, c’est aux côtés des Khedira, Van Bommel, Gustavo et Martinez qu’il a été le plus resplendissant. Un patron tout simplement.
Vu l’ampleur prise par Javi Martinez en cette fin de saison, la seule question qui se pose le concernant c’est est-qu’il aura encore plus de responsabilités l’an prochain?
Pour finir, reste le problème de l’attaquant qui n’est toujours pas réglé. Gomez devrait partir et Mandzukic n’a pas le profil qu’affectionne l’ancien #4 de la Dream Team de Cruyff. Robert Lewandowski est annoncé ce qui rajoute un blaze au casting et augmente les alternatives. Sans oublier que le mercato n’est pas terminé…
Il va falloir trancher et à la différence du Barca, Guardiola n’est pas en terrain conquis. Et il est évident qu’en battant Dortmund hier soir, le Bayern de Munich a offert à Jupp Heynckes la meilleure des sorties… et la plus difficile des arrivées pour son successeur.

JB.

Publicités


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s